Le message, le message, le message

Deflated soccer ball isolated on white background.
Deflated soccer ball isolated on white background.

L’escapade berlinoise de notre premier ministre met en lumière une règle d’or de la communication : Indépendamment de toute théorie, il est impératif d’avoir un message clair avant de s’exprimer. Si 77% des Français s’estiment choqués par ce déplacement aux frais de l’Etat, c’est que la clarté du message a cruellement manqué à toutes les étapes de cette affaire. Hésitant d’abord entre la revendication d’une pause bien méritée et la molle dénégation du caractère privé de ce voyage, le Ministre a persisté en recourant aux déclarations de soutien de ses amis politiques – avant de conclure par l’aveu partiel de sa faute.

En matière de communication, les cas sont deux. Soit ce déplacement s’inscrit dans un cadre officiel – et il n’y a pas lieu pour M. Valls de contribuer aucunement aux frais de ce voyage. Ou bien ce voyage  ressort d’une distraction privée – Et il s’agit alors d’une faute dont on ne peut s’exonérer que moyennant sa pleine reconnaissance. On ignorera sans doute longtemps si Michel Platini lui avait lancé une invitation officielle mais le Ministre ne pouvait s’en tenir qu’à une version ou l’autre. En optant pour la voie médiane d’un  voyage un peu privé – un peu public, le premier Ministre réussit à simultanément décevoir ses soutiens et attiser le mécontentement de ses opposants.

On retrouve ici, un peu, les ressorts malencontreux de l’affaire Blatter, dont l’attitude a dévié en peu de jours, d’une péremptoire déclaration de maintien contre vents et marées à une démission surprise, liée à l’absence d’unanimité… Sans se prononcer sur le fond, on avoue ne pas comprendre ce qu’il veut nous signifier.

La communication n’est pas qu’un exercice de style. Elle doit servir une position robuste. Si la position fluctue, le message se fissure. C’’est alors une tache indélébile qui vient ternir la réputation, pour reprendre les termes de l’Obs. Pour être entendu, il s’agit de dire et de ne pas varier. Une posture difficile, sans doute, à l’ère du temps réel, des caméras braquées et des réseaux sociaux. Cette réalité s’affirme aujourd’hui dans le monde du football, et à sa périphérie. Elle prévaut aussi dans le monde de l’entreprise. C’est pourquoi le conseil en communication, travaillant sur l’anticipation des scénarii, peut souvent s’avérer utile …

 

Post author

Laisser une réponse